Vous aimez ? Faites en profiter vos potes Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on Pinterest

De l’émotion, des frissons, des fous rires et quelques larmes, voici quinze livres à ouvrir en cas de baisse de moral.

  • Le Parfum, Histoire d’un meurtrier de Patrick Süskind
Le Parfum de Patrick Süskind

Le Parfum de Patrick Süskind

Ce livre nous conte l’histoire de Jean-Baptiste Grenouille, un des « personnages les plus géniaux et les plus abominables de (son) époque ». Né à Paris au début du XVIIIème siècle, cet étrange individu possède un odorat extraordinaire mais n’a lui-même aucune odeur. Un jours, alors qu’il se promène dans la ville, il sent un parfum si délicieux qu’il décide le suivre. Il découvre alors une jeune fille rousse. Grenouille veut son odeur. A tel point qu’il l’étrangle et lui arrache ses vêtements pour pouvoir « s’imprégner jusqu’à l’ivresse de son parfum ». Dès lors, il n’aura de cesse de chercher à créer la fragrance absolue, une élixir où les femmes remplaceront les fleurs.

Avec cet ouvrage, Patrick Süskind nous invite à un voyage en odorama. Chaque phrase exhale un parfum. Tanneries de cuir, poisson avarié, champs, encens, brise marine. Tous les sens sont en éveil. Jean-Baptiste Grenouille est un animal assoiffé d’odeurs. Il erre dans les rues de Paris comme un fauve cherche sa proie et son histoire atroce et cocasse nous captive.

  • Les Fourmis de Bernard Werber
La Trilogie des Fourmis de Bernard Werber

La Trilogie des Fourmis de Bernard Werber

Jonathan Wells hérite un jour de l’appartement de son oncle Edmond, scientifique excentrique passionné par les fourmis. Avant de mourir, le vieil homme lui a écrit une lettre. La demeure est à lui, mais il ne doit surtout pas aller dans la cave. Pourtant, quand le caniche de la famille s’y aventure et que son cadavre atrocement mutilé est retrouvé quelques temps plus tard, Jonathan se décide à braver l’interdit. Commence alors une aventure qui repousse les limites de l’imagination.

Premier tome de la célèbre trilogie des Fourmis, le livre de Bernard Werber nous entraîne à la découverte de ces insectes passionnants. L’intrigue se divise en deux, d’une part l’histoire de Jonathan, de l’autre celle des fourmis qui sous nos pieds, ont fondé une civilisation parallèle et se livrent à des guerres sans merci. Entre intrigue policière, conte fantastique et document scientifique, le livre bouscule les codes. Une chose est sûre, vous ne regarderez plus jamais les fourmis de la même manière.

  • J’irai cracher sur vos tombes de Boris Vian
Boris Vian l'auteur de J'irai cracher sur vos tombes

Boris Vian l’auteur de J’irai cracher sur vos tombes

Lee Anderson, vingt-six ans, quitte sa ville natale pour s’installer à Buckton où il devient libraire. Grand, beau et payant volontiers à boire, il séduit la plupart des filles du quartier et devient vite populaire. Mais ce que personne ne sait, c’est que le jeune homme a « passé la ligne ». Aux Etats-Unis à l’époque, c’est ainsi que l’on désigne les métisses, qui n’ayant aucune trace de leurs origines noires, se font passer pour blanc. Grâce à ce subterfuge, Lee veut se venger de cette société raciste qu’il abhorre.

Ce livre est d’abord un pari. Nous sommes en 1946. Le public français ne jure que par les romans noirs venus des Etats-Unis. Boris Vian met alors un ami éditeur au défi : lui aussi peut écrire ce genre d’histoire et il le fera en seulement 10 jours. Vian est par ailleurs persuadé que pour que le roman ait du succès, il faut faire croire que son auteur est américain. Il choisit donc un pseudonyme, Vernon Sullivan et fait de cet être fictif un métisse, qui comme le héros de son roman, a passé la ligne. J’irai cracher sur vos tombes c’est une écriture vive, précise et efficace au service d’une histoire particulièrement crue et violente. Le livre fait scandale lors de sa publication. Considéré comme pornographique et immoral il est finalement interdit en 1949 et son auteur est condamné pour outrage aux bonnes moeurs.

  • Le Joueur d’échecs de Stephan Zweig
échecs

Le Joueur d’échecs de Stephan Zweig

Sur un paquebot en route pour Buenos-Aires, une partie d’échec oppose deux hommes que tout sépare. Mirko Czentovic, champion du monde en titre est un être prétentieux et méprisant. Face à lui, un inconnu, le mystérieux Monsieur B. Contre toute attente, l’homme se révèle particulièrement doué. Intrigué, le narrateur lui demande de raconter son histoire. Celui-ci découvre alors que B. est un ancien avocat viennois. Arrêté par les nazis, il a commencé à jouer aux échecs dans sa tête, pour oublier l’horreur de ses conditions de détention.

Publié à titre posthume en 1943, Zweig écrivit ce livre durant les derniers mois de sa vie de septembre 1941 à son suicide, le 22 février de l’année suivante. Le texte court est particulièrement bien mené. L’intrigue pleine de suspens fait d’un simple échiquier le reflet d’une Europe déchirée par la folie d’Hitler.

  • 1984 de George Orwell
"Big Brother vous regarde", maxime officielle du régime totalitaire imaginé par Orwell

« Big Brother vous regarde », maxime officielle du régime totalitaire imaginé par Orwell

Londres 1984, le pays vit sous la dictature. Depuis les grandes guerres nucléaires des années 50, le monde est divisé en trois « blocs » : Océania, Eurasia et Estasia. Trois puissances qui sont constamment en guerre. A Londres, le Parti unique est commandé par un chef invisible : Big Brother. Il surveille les moindres faits et gestes des citoyens. Winston Smith est employé au ministère de la Vérité. Son travail consiste à remanier les archives historiques pour que le passé corresponde à la vérité officielle du Parti. Mais, contrairement à la majeure partie de la population, Winston ne réussit pas à pratiquer cette amnésie sélective et ne peut donc adhérer aux mensonges du gouvernement. Dès lors, il devient la cible de la Police de la Pensée.

« Au sommet de la pyramide est placé Big Brother. Big Brother est infaillible et tout-puissant. Tout succès, toute réalisation, toute victoire, sont considérés comme émanant directement de sa direction et de son inspiration. » Ainsi commence 1984, le célèbre roman de George Orwell. C’est dans les dernières années de sa vie, que l’auteur, atteint de tuberculose, se consacre à l’écriture de 1984, dont le titre selon l’anecdote, serait l’inversion de sa date de rédaction : 1948. Oeuvre de science-fiction, l’ouvrage s’impose aussi comme une critique des grands systèmes politiques du XXème siècle.

  • Cent ans de solitude de Gabriel Garcia Marquez
Gabriel Garcia Marquez, l'auteur de Cent ans de solitude

Gabriel Garcia Marquez, l’auteur de Cent ans de solitude

Tout commence par le mariage de deux cousins, José Arcadio Buendia et Ursula Iguaran. Une union incestueuse qui leur fait redouter le pire. En effet, un mythe existant dans la région dit que leur descendance pourrait naitre affublée d’une queue de cochon. Le couple s’installe à Macondo et malgré la légende, a trois enfants en parfaite santé : José Arcadio, Aureliano et Amaranta (prénoms qui se répèteront dans les générations suivantes). Peu à peu le village s’étend, de nouveaux habitants arrivent et le commerce se développe. Malheureusement, avec le progrès arrive aussi la peste de l’insomnie et la peste de l’oubli.

Cent ans de solitude suit l’histoire de la famille Buendia sur six générations. « […] l’histoire de la famille n’était qu’un engrenage d’inévitables répétitions, une roue tournante qui aurait continué à faire des tours jusqu’à l’éternité, n’eût été l’usure progressive et irrémédiable de son axe ». L’épaisseur du roman et la densité du récit peuvent effrayer, mais on entre dans l’histoire avec une facilité déconcertante. Dans ce conte fantastique, la magie côtoie le réel et le lecteur se laisse envoûtée par cette histoire singulière.

  • Le Vieux qui lisait des romans d’amour de Luis Sepulveda
Le Vieux qui lisait des romans d'amour de Luis Sepulveda

Le Vieux qui lisait des romans d’amour de Luis Sepulveda

Lorsque les habitants d’une petite ville d’Amazonie découvrent le cadavre d’un chasseur atrocement mutilé, ils accusent aussitôt les Indiens Shuars de meurtre. Seul Antonio José Bolívar, vieil homme grand amateur de romans d’amour, comprend que l’individu a été tué par un fauve. Au fil des jours, les morts se multiplient. Le jaguar se rapproche du village et il devient urgent de l’abattre. Bolivar, qui a longtemps vécu dans la forêt, est désigné pour s’en charger. L’homme délaisse alors ces chers livres et part à la chasse. Mais son adversaire est redoutable et il n’est pas certain, cette fois, qu’il en reviendra vivant.

En raison de son petit nombre de pages et de son apparente simplicité, cet ouvrage a trop vite était classé dans la catégorie des romans de gare. Erreur. Faussement candide, ce livre est bien plus profond qu’il n’y paraît. Drôle, poétique et tendre, Le Vieux qui lisait des romans d’amour est une oeuvre attachante.

  • Les Cerfs-volants de Kaboul de Khaled Hosseini
The Kite Runner (Les Cerfs-volants de Kaboul) premier ouvrage de Khaled Hosseini

The Kite Runner (Les Cerfs-volants de Kaboul) premier ouvrage de Khaled Hosseini

Dans les années 70 en Afghanistan, Amir et Hassan ont grandi dans des mondes différents. Le père du premier est un riche commerçant, membre de l’élite pachtoune du pays. Le second est fils de domestique. Il appartient aux Hazaras, une minorité ethnique méprisée de tous. Liés par la même passion pour les cerfs-volants, les deux garçons sont inséparables. Pourtant un jour, leur amitié se brise. Hassan est trahi par son camarade. 30 ans plus tard, le monde a changé. Amir vit aux Etats-Unis et est écrivain. Un jour, il reçoit un appel du Pakistan. Il existe pour lui un moyen de se racheter. Mais, pour cela il devra retourner dans son ancien pays, désormais au main des talibans.

Khaled Hosseini est né à Kaboul en 1965. A l’instar de son personnage, il a quitté son pays après l’invasion soviétique et est parti vivre aux Etats-Unis. C’est en voyant un reportage évoquant l’interdiction des cerfs-volant dans son pays par les talibans, qu’il a l’idée de ce roman.

  • Beignets de tomates vertes de Fannie Flagg
Fried Green Tomatoes at the Whistle Stop Cafe (Beignets de tomates vertes) de Fannie Flagg

Fried Green Tomatoes at the Whistle Stop Cafe (Beignets de tomates vertes) de Fannie Flagg

Evelyn est une femme entre deux âges, « trop jeune pour être vieille et trop vieille pour être jeune ». Chaque semaine, elle accompagne son époux à la maison de retraite où il rend visite à sa mère. Un jour, elle rencontre Ninny Threadgoode, une vieille dame qui se prend d’affection pour elle. Elle lui raconte sa jeunesse à Whistle Stop, et lui parle de ce café tenu par Idgie et Ruth « c’était là qu’on se retrouvait tous, c’était là qu’était la vie ». Grâce à Ninny et à ces histoires, Evelyn va enfin se révéler et reprendre peu à peu sa vie en main.

Si le ton reste léger, l’auteure parvient à traiter de sujets sérieux (la condition des femmes, la ségrégation raciale) sans jamais tomber dans la facilité ou le voyeurisme. Il se dégage de cette histoire une bonne dose d’optimisme qui agit comme un baume sur le coeur et nous donne une furieuse envie de goûter ces fameux beignets de tomates vertes.

  • Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur de Harper Lee
Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur de Harper Lee

Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur de Harper Lee

En Alabama, durant la Grande Dépression, Atticus Finch élève seul ses deux enfants, Scout et Jem. Avocat, il est un jour commis d’office pour défendre un Noir accusé d’avoir violé une Blanche. Dans cette Amérique raciste et bercée de préjugés, l’homme a peu de chance d’avoir un procès équitable. Atticus se battra sans relâche pour sauver son client de la peine de mort.

Bien que le livre ne soit pas une autobiographie, Harper Lee s’est inspiré de son enfance pour certains éléments du roman. Ainsi, son père, Ama Coleman, était avocat lui aussi. En 1919, il a défendu deux hommes noirs accusés de meurtre. Après leur condamnation et leur pendaison, il n’a plus jamais plaidé dans une affaire pénale. Méconnu en France, ce roman est un véritable phénomène aux Etats-Unis. L’oeuvre obtient le prix Pulitzer en 1961 et est adapté au cinéma l’année suivante avec Gregory Peck dans le rôle principal. L’histoire est bouleversante et Harper Lee réussit l’exploit de retranscrire dans son récit toute la grâce et l’innocence de l’enfance.

  • Le Dahlia noir de James Ellroy
Black Dahlia (Le Dahlia noir) de James Ellroy

The Black Dahlia (Le Dahlia noir) de James Ellroy

Dwight « Bucky » Bleichert et Leland « Lee » Blanchard sont deux policiers du LAPD. Partenaires et amis, ils ont tous deux été malmenés par la vie. Le destin de ces deux hommes bascule lorsqu’ils se voient confier le « dossier Short ». Un meurtre sordide qui les entraîne dans une enquête hors norme et les pousse au bout d’eux-mêmes.

Mêlant réalité et fiction, Ellroy s’inspire pour ce livre d’un fait divers survenu le 15 janvier 1947 à Los Angeles. Ce jour-là, la police découvre dans un terrain vague le corps sectionné en deux d’une starlette, Elisabeth Short, plus connue sous le surnom de Dahlia noir. Cette affaire, particulièrement sordide, a marqué l’opinion publique et n’a jamais été résolue. Bien plus qu’un roman policier, Le Dahlia noir dresse un portrait désespéré de l’Amérique d’après-guerre. Premier volet du « Quatuor de Los Angeles » (qui comprend aussi le Grand Nulle Part, L.A. Confidential et White Jazz) cet ouvrage nous entraine dans les recoins les plus sombres de l’âme humaine.

  • Meurtriers sans visage de Henning Mankell
Meurtriers sans visage de Henning Mankell

Meurtriers sans visage de Henning Mankell

Deux vieux paysans sont assassinés en pleine nuit. Juste avant de mourir, la femme a le temps de prononcer un mot : « étranger »… L’information devait rester confidentielle mais une fuite de la police sème bientôt la zizanie dans la communauté. Les ligues d’extrême droite s’enflamment et des commandos s’organisent. Mais faut-il vraiment suivre la piste des demandeurs d’asile ?

Au coeur de cette intrigue criminelle se nichent de vieux démons. Repli sur soi, intolérance, racismes… Henning Mankell dresse un portrait sans concession de la Suède du début des années 90. Paru en 1991, l’oeuvre n’a rien perdu de sa pertinence. Tout le talent de Mankell s’exprime dans cette intrigue solide et bien menée que l’on envie de lire d’une traite.

  • Le Livre sans nom, auteur anonyme
Le "Bourbon Kid" mystérieux héros du Livre sans nom

Le « Bourbon Kid » mystérieux héros du Livre sans nom

A Santa Mondega, petite ville oubliée du reste du monde, un tueur en série assassine tous ceux qui ont la mauvaise idée de lire un mystérieux livre sans nom. Une seule personne a échappé à l’assassin. Après cinq ans de coma, elle se réveille enfin, mais hélas, elle est amnésique.

Non ce n’est pas une plaisanterie, ce livre existe bel et bien. Diffusé anonymement sur Internet en 2007, cette œuvre a très vite connu un succès fulgurant. Rempli de clins d’oeil à la culture pop, ce roman policier fantastique nous tient en haleine de la première à la dernière page. Sexe, violence et humour, ce livre aussi original que réjouissant ne ressemble à aucun autre. A conseiller vivement à tous les amateurs de Quentin Tarantino, John Carpenter et Robert Rodriguez.

  • Guide de survie en territoire zombie de Max Brooks
Guide de survie en territoire zombie de Max Brooks

Guide de survie en territoire zombie de Max Brooks

Que faire si vous avez été mordu par un zombie ? Quelle est la meilleure arme pour se défendre ? Comment se déplacer sans être repéré ? Dans tous les cas « envisagez chaque possibilité et faites le maximum pour vous organiser au mieux. Si quelqu’un vous dit « On n’a qu’à y aller, on verra bien », donnez-lui un pistolet chargé et expliquez-lui qu’il lui sera moins pénible de se suicider ainsi ».

Présenté comme un véritable manuel de survie, ce livre écrit par le fils de Mel Brooks, vous expliquera tout ce qu’il est nécessaire de savoir en cas d’attaque de zombies. Proposant des exemples précis et des astuces reconnues par des « experts de renommée internationale », le Guide de survie en territoire zombie peut vous sauvez la vie… Derrière le sérieux tout scientifique de ce livre, l’auteur multiplient les clins d’oeil et égratigne avec un malin plaisir les survivalistes et autres maniaques de la carabine. C’est drôle et pour le moins instructifs, à conseiller à tous les fans de The Walking dead.

  • Le Guide du voyageur galactique de Douglas Adams
Le Guide du voyageur galactique de Douglas Adams

The Hitchhiker’s Guide to the Galaxy (Le Guide du voyageur galactique) de Douglas Adams

Difficile de rester calme lorsque l’on apprend dans la même journée que sa maison va être démolie et la terre détruite. Arthur Dent est un citoyen anglais moyen. Il assiste impuissant à la désintégration de la planète par les Vogons qui veulent créer une voie express hyperspatiale. Il est sauvé par son ami Ford Prefect qui l’emmène avec lui faire de l’auto-stop à travers la Galaxie.

Pour tous les amateurs d’humour « british », ce livre rempli de non-sens est le premier volume d’une pentalogie (surnommée trilogie en cinq tomes) écrite par Douglas Adams entre 1979 et 1992. Peu connu en France, ce livre est culte dans le monde anglo-saxon. Ne cherchez pas à comprendre, l’histoire est complètement  loufoque, alors laissez vous aller et surtout, « don’t panic » (ne paniquez pas). 

Vous aimez ? Faites en profiter vos potes Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on Pinterest