Vous aimez ? Faites en profiter vos potes Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on Pinterest

Petits pots, accouchement, crèche, mari, jouets, sexe, épilation… être mère, c’est du travail. Jeune maman de deux enfants,Virginie Duplessy, en sait quelque chose. Cette ancienne journaliste vient de publier son premier ouvrage : « La mère parfaite est une mytho ». Rencontre avec une fille qui n’a pas la langue dans sa poche.

Virginie Duplessy

Qu’est ce qui vous a donné envie d’écrire ce livre ?
Quand j’ai mis un pied (!) dans l’univers de la maternité, je pensais très naïvement que tout n’y serait que sororité, gentillesse, bienveillance… et j’ai pris une grande claque ! Quand on devient maman, on plonge dans l’inconnu et c’est assez angoissant. J’ai écrit ce livre pour dédramatiser mais aussi pour faire rire de situations qui peuvent parfois nous sembler désespérées !

C’est quoi une mère parfaite ?
C’est quelqu’un qui serait à la fois, une bonne maman, une bonne épouse, une working girl, une femme mince, sportive, épanouie et qui assure au lit… Bree Van de Kamp en quelque sorte !

Vous en avez rencontré beaucoup ? 
Plein ! Les pseudos mères parfaites hantent les squares, les portails d’école ou de crèche, et même les couloirs de bureau !  Mais c’est de la poudre aux yeux. Ce que je dis dans le livre, c’est qu’il est im-po-ssible d’être parfaite du matin au soir quand on a des enfants.

Image 2 Image 1

Quel est le pire mytho que vous ayez entendu de la part d’une maman « parfaite » ?
« Mon accouchement ? Oh, j’ai poussé deux fois et j’ai presque rien senti ! »
« Il fait ses nuits depuis la maternité! C’est un ange ce bébé. »
« L’allaitement? Non, ça ne fait pas mal du tout, pourquoi? »
« L’aîné adore son petit frère, vraiment, il faudrait presque lui ôter le bébé des bras ! »

En entendant ça, vous avez failli…
Leur coller une baffe! (Elle éclate de rire)
Non, je plaisante !

Blague à part, vous pensez qu’il y a encore beaucoup de langue de bois autour de la grossesse et de la maternité ?
Oui ! Surtout concernant le baby blues et l’accouchement ! Il faut dire ce qui est, c’est quand même un traumatisme… la deuxième fois, ça va déjà mieux ! (Rires)

Extrait 1

C’est quoi être mère en 2015?
C’est hyper difficile ! Aujourd’hui il y a deux tendances, les « happymamas » qui postent des photos idylliques, ou à l’inverse des « mères indignes » notamment chez les blogueuses, qui se plaignent toute la journée de leur rôle de mère et de leur progéniture. Je pense que la majorité des mamans se situe au milieu. Je pourrais comparer ça à « Alice au pays des merveilles » : une bonne surprise, un cauchemar, une bonne surprise, un cauchemar… Mais, je vous rassure, je suis très heureuse d’être maman !

démasquer une mère parfaite 1démasquer une mère parfaite 2

Croyez-vous qu’il y ait de nouvelles formes de pression ?
Depuis l’invention de la contraception, on choisit le moment où l’on devient maman. On fait aussi moins d’enfants. Du coup, on sur-investit le rôle de mère et on n’a pas le droit à l’erreur (on ne se le donne pas, en tout cas). Nous sommes dans une société de performance : au travail, à la maison, dans l’intimité il FAUT assurer !  Alors, avec les enfants, c’est pareil.

C’est vraiment nouveau comme phénomène ?
Je pense que la pression s’accentue depuis l’avènement des réseaux sociaux. Même si on ne passe pas toute la journée sur Instagram ou Facebook, on est exposé continuellement à ces « mères parfaites », ne serait-ce qu’avec les  « people » qui, quelques jours ou quelques heures à peine après leur accouchement (hello, Kate), affichent un brushing digne de Dallas et un ventre ultra plat ! C’est inhumain ! Finalement, je crois que les réseaux sociaux (et l’info en continu) génèrent du narcissisme et de la compétition jusque dans l’intimité de la maternité.

extrait 3

Quels conseils donneriez-vous aux futures mères ?
Pour être épanouie, on doit d’abord avoir d’autres sources de satisfaction que ses enfants. Après, je crois qu’il faut parvenir à se détacher de cet idéal de mère parfaite, en se disant que de toute façon ce n’est pas réaliste.  Je vous parle en connaissance de cause. J’ai voulu tout concilier et cela m’a menée au burn-out ! Je travaillais beaucoup, je voyais très peu mes enfants et tout mon argent passait en frais de nounou ! Je me suis écroulée. Aujourd’hui, j’ai trouvé un équilibre qui me rend plus heureuse, même si passer davantage de temps auprès de ses enfants n’est pas de tout repos !

Et les papas dans tout ça ?
Vous avez raison de poser la question ! On oublie souvent les papas, qui pourtant ont un rôle essentiel dans la « construction » des enfants et de la mère ! Les hommes sont moins compétitifs en matière de paternité. Pour eux, cela se joue dans d’autres domaines. Pour le reste, j’ose espérer que le partage des tâches est plus équitable qu’il y a quelques décennies, mais malheureusement je crois que les chiffres en France ne sont pas très rassurants. Courage les mamans !

« La mère parfaite est une mytho », Virginie Duplessy, éditions de l’Opportun.

Vous aimez ? Faites en profiter vos potes Share on FacebookTweet about this on TwitterPin on Pinterest